Le Lycée français

 

Madame Gladstone avait commencé sa carrière de professeur de dessin au Lycée français de Toronto. Les élèves étaient particulièrement turbulents. L'un de ses collègues, Juif français, s'était fait chahuté. Il portait des lunettes à large monture d'écaille foncé, posé sur un nez qu'il avait busqué, lui-même au-dessus d'une moustache de caporal. Un petit marrant lui avait demandé dans quel magasin de farces et attrapes on pouvait trouver pareil. Plutôt que d'alerter le Jewish Congress, il avait trouvé plus expéditif de lui tirer les oreilles à sa façon : il lui fit casser la glace de la cour d'école en lui ordonnant de garder le sourire.


A l'époque, fraîchement débarquée d'Angleterre, Madame Gladstone espérait se fixer et tenait à ce qu'on la traitât avec respect. Elle tentait de faire oublier l'énorme protubérance qui lui tenait lieu de nez. Hélas, les dessins de ses élèves semblaient n'avoir qu'une seule et unique source d'inspiration. Elle avait donc décidé d'entrer dans l'administration.


Elle était responsable des bulletins de météo. Mais à peine quelques jours en poste et elle fut prise à partie par son voisin du dessous, d'origine suisse, mauvais coucheur et furieux de ses mauvaises prévisions, comme si elle était responsable de la pluie et du beau temps, domaine réservé au Bon Dieu, chacun sait cela.


Par mesure de rétorsion, elle lui avait fait le coup de la machine à laver qui déborde avec les dégâts d'eau que l'on peut imaginer. Et lui, de faire le ménage dans la cave en soulevant des nuages de poussière. Et elle, grande allergique, de tousser. Bref, la guerre battait son plein.


Elle serait bien restée dans l'administration, toutefois, mais le pli était pris et, compte tenu du voisinage... Il lui fallait repartir. Elle s'en alla travailler pour une firme implantée au Nord de l'Ontario : dehors on gelait, dedans on cuisait. Exactement l'inverse du baked Alaska, une bombe glacée que l'on sert brûlante et dont le service est toujours dégoulinant et souillon.


C'est là qu'elle avait rencontré Roxton, entré dans sa vie par la porte des scandales, car il avait falsifié ses papiers pour immigrer au Canada. Depuis, il était en détention en attendant son expulsion. Et c'est là qu'elle passait le plus clair de son temps, en comptant les minutes qui leur restaient ensemble.