Canada Dry

 

Toronto, The King City, était connue dans le passé sous le nom peu flatteur de Hog Town.*  Il n'en reste rien. C'est un espace urbain tiré au cordeau, perpendiculaire au lac Ontario, traversé de cours d'eau partiellement asséchés qui passent en trombe au fond de leurs lits trop grands et dont les affluents sont à angles droits. Ça ne fait pas fouillis comme en Europe. Les églises, petites constructions de briques laides, sont surplombées de gratte-ciels. Le clocher, ce repère millénaire de l'Européen et qui signale un village à des lieues à la ronde, fait le dos rond. Et la banque fait le coin, là où commence la rue du commerce, laquelle se nomme invariablement, rue Queen ou rue King, et non pas d'une de ces appellations folkloriques, spécialités européennes, difficile à retenir, surtout sous influence.


Ces villes-là sont pratiques lorsque l'on tient une bonne biture, car une rue serpentine, au nom impossible, peut s'avérer difficile à retrouver. On aime ou on n'aime pas ces villes au carré, mais en tous cas, on sait tout de suite que l'on est en Amérique du Nord. Pas besoin de l'inscrire dans son chapeau.


Mais parlons politique. Moi, je suis of olde Irish stock.* Une mesure de gin, le Canada Dry par-dessus. Ne pas le noyer. C'est tout. Mais après votre gin tonique, éviter la rue Dundas. Contre toute attente, c'est une rue sinueuse qui n'en finit plus de se déployer. À éviter, car vous risqueriez de finir sous les roues d'un chauffard. Dundas, la traître, est sans aucun doute née de la nostalgie d'un Européen. Je vous la déconseille fortement. Plus moche encore, la Prohibition y a laissé des traces : la rue Dundas est dry ! Figurez-vous qu'il y est encore interdit d'y ouvrir des débits de boisson ! Dry !


Là, je vous l'accorde, ce n'est pas un Européen qui aurait décrété ça.


Je répète : rue fortement déconseillée.

 

 


___
*Hog town : La ville des porcs
*Of olde Irish stock : mes ancêtres sont Irlandais